Le 11 juillet 711, Tarik Ibn Zyad conquiert la péninsule ibérique | in babzman.com

Le 11 juillet de l’an 711, les troupes de Rodrigue, le roi wisigoth de l’Espagne chrétienne, voit ses troupes tomber sous les quelques centaines disciples du prophète Mohammed [QSSSL]. Cette modeste bataille de Guadalete, livrera la plus grande partie de la péninsule ibérique aux musulmans qui vont l’occuper durant près de sept siècles.

La tribu germaine des Wisigoths est venue, trois siècles plus tôt, d’au-delà du Rhin, après avoir créé un royaume à Toulouse (France). Chassée par Clovis et ses Franc, elle s’est repliée sur la péninsule espagnole où elle établit un royaume chrétien relativement prospère.

Démis de ses fonctions, à l’aube du VIIIe siècle, Wittiza, le roi wisigoth fit appel à un seigneur Maghrébin, l’Emir de Tanger, Moussa Ibn Nocair, pour lui venir en aide.

Il faudrait souligner qu’à cette époque, les chrétiens d’Occident ne connaissent pas véritablement l’Islam et le perçoivent plutôt comme une secte chrétienne, plutôt qu’une religion rivale. L’Emir ne se fit pas prier et envoya une armée de 6 000 guerriers, commandés par un jeune chef berbère nouvellement converti à l’Islam, le célèbre Tarik Ibn Zyad. Si l’Emir a pu rassembler autant d’hommes, c’est parce que les Wisigoths n’étaient pas populaires. L’armée d’Ibn Zyad, essentiellement composée de Berbères, d’arabes, de syriens, … des musulmans, mais également de juifs et de chrétiens, avait débarqué sur un rocher qui prendra le nom de Gibraltar, en arabe, Djabal Tarik, ou la montagne de Tarik. Débarquant sans difficulté sur l’Algésira, ils s’en emparèrent et avancèrent vers Cordoue et l’intérieur des terres pour se heurter plus tard à l’armée du roi Rodrigue.

C’est à Wadi Lakka que les deux armées se livrèrent bataille, la rivière Guadalatte. La localisation de l’endroit reste incertaine, les historiens hésitent encore entre la rivière du Guadalatte qui se jette dans la baie de Cadix et le fleuve Guadarranque, mais également les bords de la lagune La Janda traversée par la rivière Barbate.

La victoire fut celle de l’armée de Tarik Ibn Zyad, malgré son nombre insignifiant comparé à celui de l’armée du roi Rodriguequi périt durant l’affrontement, et ce, suite à la trahison des deux frères de Wittiza.

L’armée musulmane commence par s’emparer de Séville qui fut complètement détruite pour avoir refusé de se rendre. Sa démolition fut un fort exemple aux autres villes, comme Cordoue et Grenade, qui préférèrent se rendre plutôt que de se voir détruire. Comme le dicte l’Islam, les habitants juifs et chrétiens des villes conquises ont eu la vie sauve et ont conservé leurs lois, leurs biens et leur foi, mais furent soumis à une taxe supplémentaire pour assurer leur protection.

L’Emir Moussa de Tanger, rejoint Tarik pour s’approprier la ripaille. La résistance wisigothe fut repoussée dans quelques vallées de la chaîne cantabrique au Nord de la péninsule.

Prenant force de cette victoire, l’armée maghrébine traverse les Pyrénées et occupe la Narbonnaise, mais se heurte à l’armée du Duc d’Aquitaine, à Toulouse qui remporte victoire et redonne ainsi de l’espoir aux Wisigoths, dans les montagnes de la chaîne montagneuse cantabrique. Les musulmans sont mis à plat par le chef Pélage, à Cavodonga, près d’Oviedo. Une victoire qui sera symbole bien des siècles plus tard, le début de la reconquête, la reconquista, de la péninsule par les chrétiens.

Synthèse babzman

Deixe uma Resposta

Preencha os seus detalhes abaixo ou clique num ícone para iniciar sessão:

Logótipo da WordPress.com

Está a comentar usando a sua conta WordPress.com Terminar Sessão /  Alterar )

Imagem do Twitter

Está a comentar usando a sua conta Twitter Terminar Sessão /  Alterar )

Facebook photo

Está a comentar usando a sua conta Facebook Terminar Sessão /  Alterar )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.